L'imaginaire
 
Accueil Livres Auteurs Événements Contact

Le VINLAND - Rose-Hélène TREMBLAY

Le Vinland
Encore enfant, Pier le Rond déclamait avec aisance les poèmes épiques de la tradition viking. Sa mère le croyait porteur d’une destinée hors du commun. Mais il refusa de mettre son talent de conteur au profit de la gloire des conquérants. Sa fuite et ensuite sa quête, le mèneront jusqu’au Vinland. 
Sur ces terras incognita, qu’on nommera la Gaspésie, des siècles plus tard, il développera de la compassion pour cette condition humaine qu’il jugeait si brutale et si dérisoire.
« Ce n’est pas au fond des eaux, dans le plus profond et le plus insondable des tombeaux que les attentes de son père avaient sombré, mais au cœur même des motivations les plus secrètes de Pier ».


Prix : 24,95$
Taxes et transport = 30.95$
a
Europe
38.55$
a
Roman Historique 

Les Livres de Rose-Hélène TREMBLAY 


Rose-Hélène Tremblay habite la Baie des Chaleurs. Elle a étudié en philosophie et en arts, travaillé en éducation et en agriculture. Elle milite dans des groupes voués à la défense de l’environnement. Dans les années 1970, elle s’est impliquée dans l’animation et la publication d’une revue littéraire contre-culturelle : Écrits. Membre d’un collectif de création « Les Inéditions » elle a contribué à la conception et à l’édition de plusieurs livres d’artiste.

Elle a remporté le prix littéraire des associés en 1990 pour un récit La Vallée des Épilobes. Dans les années 2000, elle a aussi participé activement au rayonnement de la littérature dans sa région comme membre du Regroupement des Écrivains de la Gaspésie.

Sa démarche artistique est sans doute une forme d’archéologie de la mémoire vivante et collective.

Rose-Hélène TREMBLAY
Se souvenir et se guérir, nous dit-elle, sont deux verbes pronominaux qui se conjuguent de la même manière. Toutefois, le verbe guérir peut être utilisé de manière transitive directe. On peut guérir quelqu'un (forme active)ou être guéri par lui ou par elle (forme passive). Contrairement à se souvenir qui ne peut être utilisé que sous sa forme pronominale active. On ne peut pas souvenir quelqu'un ou être souvenu par elle ou lui. Il faut, pour se souvenir, le faire par soi-même. La conjugaison du verbe passe par le « je me souviens » .